Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui c’est qui a tout faux jusqu’à maintenant ? Ceux qui juraient mordicus qu’on suivait the one best way, qui affirmaient que la civilisation c’était nous, que la démocratie était en marche, que la réussite c’était le fric, que la hiérarchie c’était l’efficacité, le big le beautiful, la propriété l’extase, l’exploitation la solution. En face il y avait ceux qui étaient déconsidérés, maintenant ce sont les imbus les cons sidérés - mais attention, pas désarmés !
     En face il y a toujours ceux méprisés, infantilisés, exploités, marginalisés. Mais ceux-là construisaient petitement leurs résistances, refusaient la consommation à outrance, dénonçaient la pollution en abondance, organisaient des solidarités, manifestaient leurs oppositions non violentes, lançaient leurs alertes, exprimaient leurs doutes, défendaient leur résolution, construisaient leurs alternatives, tentaient leurs utopies. Maudits comme pouvaient l’être les poètes, les anarchistes, les révolutionnaires, les parias. Le seront-ils encore ? Pour que le monde ne revienne pas à l’aveuglement précédant, il faut qu’on change notre regard. Les doux rêveurs ne rêvent pas, les penseurs ne dépensent pas, les illuminés éclairent parfois, les artistes tissent, les idéalistes portent l’idéal. Où passeront les utopies d’hier ? Dans les faits ou dans l’effet ? Dans le réel ou dans la ruelle ? Ai-je tant tardé à te prendre la main ?        


Yves Proal

Tag(s) : #Alters Echos
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :