Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Surfrider Foundation Europe, protège l’océan depuis 1990

Depuis 1990, Surfrider Foundation Europe est devenue une référence dans le combat pour la protection de l'océan et de ses usagers, forte de la passion et de l'engagement de sa communauté sur le terrain.

Surfrider Foundation Europe est une association à but non lucratif, chargée de la protection et de la mise en valeur des lacs, des rivières, de l’océan, des vagues et du littoral. Elle regroupe à ce jour plus de 13 000 adhérents et intervient sur 12 pays via ses 46 antennes bénévoles.

Surfrider Foundation Europe intervient sur 3 domaines spécifiques sur lesquels l’organisation a acquis une expertise reconnue depuis presque 30 ans : les déchets aquatiques, la qualité de l’eau et la santé des usages, l’aménagement du littoral et le changement climatique. L’association compte sur trois leviers d’actions pour mener son combat : les actions d’éducation à l’environnement, le travail de plaidoyer politique, l’expertise scientifique et juridique.

Les bénévoles qui agissent localement sur le terrain sont la richesse et la raison d’être de Surfrider Foundation Europe. En animant les antennes bénévoles locales ou en participant aux campagnes environnementales de l’association, ils sont la force de terrain de Surfrider Foundation Europe et assurent un relai local des différents programmes.


Qualité des eaux : pour un changement de réglementation au niveau européen

Depuis plus de vingt ans, Surfrider Foundation Europe développe une expertise sur la qualité des eaux de baignade. Afin de veiller à la santé de l’ensemble des usagers, baigneurs mais aussi pratiquants d’activités nautiques, l’association a assuré pendant une quinzaine d’années des suivis sanitaires et environnementaux complémentaires réguliers avant de désormais se concentrer uniquement sur les zones présentant un risque élevé de pollution. Aujourd’hui, cette connaissance du terrain vient enrichir un travail de plaidoyer politique qui, à l’occasion de la révision de la directive sur la gestion de la qualité des eaux de baignade à l’échelle de l’Union Européenne, s’attachera à faire entendre la voix des citoyens européens.

Surfrider Foundation Europe fait au quotidien pression sur l’Union européenne (UE) et ses Etats-membres pour une meilleure protection des milieux aquatiques et de ses usagers. A ce titre, la révision de la directive européenne prévue en 2020 qui régit la surveillance et la gestion de la qualité des eaux de baignade constituera un moment décisif. Il s’agira pour l’association de capitaliser plus de 10 années de suivi et d’enquêtes terrain menées par les “watermen testeurs” (préleveurs bénévoles) tout en valorisant le travail de plaidoyer politique mené en amont depuis la dernière révision datant de 2006.

Siégeant au sein d’un groupe d’experts de l’UE qui travaille sur la problématique de la qualité des eaux, Surfrider Foundation Europe peut grâce à son retour d’expérience, se prévaloir d’une plus grande légitimité et représentativité. Surfrider Foundation Europe portera 5 grandes revendications à l’occasion de la révision de la directive :

1. Une information plus large, plus accessible et mieux relayée pour des usagers plus impliqués sur les questions relatives à la gestion de la qualité des eaux ;

2. Une extension des paramètres contrôlés avec notamment l’intégration des pollutions physiques (déchets), chimiques (hydrocarbures, antibiorésistance, cosmétiques, médicaments, etc.) et environnementales (algues toxiques, méduses, cyanobactéries, poissons dangereux, etc.) ;

3. Une extension des zones et des périodes de surveillance au-delà des zones de baignades en avant et en après saison pour une meilleure prise en compte des activités et sports nautiques ;

4. Une anticipation des risques sanitaires et environnementaux à travers l’investissement dans la recherche et le développement de techniques novatrices permettant d’augmenter la fréquence et la rapidité des analyses;

5. Une meilleure information sur les sites, les sources de pollutions, les risques sanitaires associés, les moyens de prévention envisagés auprès des usagers de la mer en développant des process efficaces à suivre en situation de crise.


Sea smart land : préserver la qualité des eaux, en luttant contre l’imperméabilisation des sols

Préserver une bonne qualité des eaux littorales est un enjeu majeur pour les territoires côtiers. Chaque année, des centaines de plages sont ponctuellement interdites à la baignade faute d’une qualité suffisante. Afin d’améliorer cette situation préoccupante, Surfrider Foundation Europe se mobilise pour réduire les pollutions à la source à travers le projet Sea Smart Land.

On connaît le plus souvent le cycle de l’eau sur une échelle globale. Cela se traduit par le circuit qu’emprunte l’eau entre la terre, les rivières, la mer et l’atmosphère sur un bassin versant prédéfinit. Ce cycle peut être perturbé et pollué par les activités humaines à tous les niveaux ; à l’amont comme à l’aval ! C’est principalement lorsque l’eau ruisselle sur les sols qu‘elle est le plus susceptible de se charger en polluant avant de se déverser dans un cours d’eau ou à l’océan.  

Ce cycle se caractérise par plusieurs phases dont l’infiltration. Les eaux de pluie s’infiltrent dans les sols et par des processus naturels, physique et chimique l’eau est filtrée naturellement avant de recharger les nappes souterraines par exemple.

Malheureusement, ce cycle de l’eau est fortement impacté par une urbanisation croissante et non maîtrisée sur certains territoires. L’utilisation effrénée du béton en ville a contribué à rendre les sols imperméables limitant considérablement l’infiltration de l’eau dans les couches souterraines. La pluie, désormais contrainte au ruissellement, draine sur son passage toute la pollution ; physique, bactériologique et chimique de nos villes.

L’artificialisation à augmenter les risques d’inondation et de pollution. En effet, la gestion des eaux de pluie lors d’événements intenses ou d’épisodes de crue n’est malheureusement pas toujours bien dimensionnée entrainant la saturation des réseaux d’assainissement. Des solutions techniques (bassins d’orages, déversoirs) et curatives existent mais restent onéreuses et montrent rapidement leurs limites.

Surfrider Foundation Europe a décidé d’agir à la source via le projet Sea Smart Land en désimperméabilisant les sols via des actions de revégétalisation des zones urbaines. Ce projet mené en collaboration avec l’ONG Bleu Versant, se base sur la création participative de jardins de pluie en milieu urbain et la sensibilisation de différents acteurs à la nécessité d’une gestion durable et globale de l’eau plus en zone littorale. La finalité consiste à diminuer l’étanchéité des sols à l’échelle de la parcelle de l’individu et de restaurer un cycle de l’eau local naturel en ville.

Les avantages que présentent ce genre d’aménagements naturels sont nombreux. Ils permettent une meilleure infiltration des eaux dans le sol, une meilleure rétention de l’eau grâce à des bassins et des noues, contribue à éviter la saturation des réseaux d’assainissement, favorisent la biodiversité et limite l’effet “ilôts de chaleur” tout en impliquant les citoyens autour de projets participatifs.


 Vers un moratoire sur l’exploitation des hydrocarbures offshore

Suite à l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon en 2001 dans le Golfe du Mexique, l'Union Européenne a adopté la directive offshore pour garantir la capacité technique et financière ainsi que la responsabilité des opérateurs. Cette directive a conduit à une amélioration importante des procédures de sécurité des plates-formes offshore. Ceci dit, elle ne prévoit toujours pas de dispositions suffisamment strictes garantissant un niveau de sécurité élevé pour mener à bien ces opérations, en particulier dans les zones très sensibles, et empêcher les catastrophes de se produire.
 
Le Parlement européen a donné suite à ces préoccupations en 2018 et en appelant à un moratoire sur l'exploration et le forage pétroliers et gaziers dans ou à proximité de ces zones particulièrement fragiles comme le sont par exemple les Aires Marines Protégées. L’Institution a souligné à cette occasion que toutes les eaux sont vulnérables au forage offshore de combustibles fossiles. Le processus d'évaluation actuel de la directive sur la sécurité en mer mené par la Commission européenne confirme que la prévention de la pollution de toutes sortes et de tous les niveaux générés par ces activités n'est pas suffisamment prise en compte, en particulier en raison de l'absence d'un fort positionnement des ONG dans les discussions.
 
Une révision de la directive offshore est prévue pour l’année 2020. Cette révision sera l’occasion pour Surfrider Foundation Europe d’exiger l’obtention d’un engagement sur mesure contraignant à l’échelle européenne visant l’interdiction de nouvelle délivrance de permis d’exploration, exploration fossiles gazière et minière dans les Aires Marines Protégées avant 2030.

Sabrina Hourcade et Marc Valmassoni, pour SurfriderFoundation Europe

 

Tag(s) : #Associations
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :